Quelles sont les aides pour les auto-entrepreneurs ?

aides-auto-entrepreneurs.png

Souhaitez-vous devenir auto-entrepreneur, mais vous ne disposez pas de fonds suffisants pour pouvoir lancer votre activité ? Sachez qu’il existe d’innombrables façons de financer le lancement de votre propre entreprise. Avant de vous faire part de toutes ces différentes aides, voyons d’abord de près la vraie signification d’un auto-entrepreneur.

Auto-entrepreneur, qu’est-ce que c’est ?

L’auto-entreprenariat est un régime ou même un double régime : régime micro-fiscal ou régime micro-social. Il n’a rien avoir avec une forme juridique ni avec un statut. Un auto-entrepreneur est un porteur de projet qui crée son EI ou Entreprise Individuelle. En tant qu’entrepreneur individuel, il peut donc être imposé aux différents régimes (réel, micro-fiscal, micro-fiscal simplifié, régime réel simplifié…). Cependant, des restrictions existent. Par exemple, l’auto-entrepreneur ne peut pas choisir ce régime s’il pense créer une activité libérale qui relève d’une caisse de retraite autre que RSI ou Cipav. S’il prévoit également une activité de location de matériel pour une longue durée ou une activité immobilière, il ne peut pas opter pour le régime d’auto-entrepreneur. Par ailleurs, certaines conditions sont à respecter pour devenir auto-entrepreneur et avant que vous bénéficiiez de toutes les aides financières possibles :

  • mettre au courant son employeur afin qu’il puisse vous donner son accord et aussi le matériel dont vous pourriez avoir besoin ;
  • être affilié au régime employé/auto-entrepreneur ;
  • travailler uniquement pour l’entreprise qui vous engage à chaque temps libre.

Les différentes aides pour les auto-entrepreneurs

Si devenir micro-entrepreneur est votre souhait, vous pouvez opter pour l’un des différents dispositifs financiers qui vous sont proposés ci-après. Sachez également que vous pouvez bénéficier d’une exonération des charges au début de la création ou de la reprise d’entreprise.

Le maintien des allocations

L’une des choses que vous pouvez faire, c’est d’opter pour l’ARE en cumulant le statut d’auto-entrepreneur et le chômage. Appelée également indemnité chômage, l’Aide au Retour à l’Emploi ou l’ARE est un revenu de remplacement que l’Assurance chômage verse durant un temps variable sous certaines conditions. Le montant versé dépend surtout de la durée de l’activité professionnelle qu’exerce l’assuré antérieurement.

Il est bien possible de continuer à bénéficier d’une allocation chômage et en même temps créer une entreprise. Cependant, vous devez toujours vous plier sous certaines conditions. Vous devez donc déclarer à Pôle Emploi tout ce que vous avez encaissé vis-à-vis de votre auto-entreprise, et ce de façon mensuelle. Pôle Emploi procède ensuite au calcul du montant du complément après abattement et déduction. C’est après qu’il vous sera possible de profiter du bénéfice de cette forme d’aide. Le cumul entre l’allocation et le revenu ne devra pas être supérieur au salaire moyen. Vous pouvez également compter sur l’ASS ou l’Allocation de solidarité Spécifique, le RSA (Revenu de Solidarité Active) ou encore la prime d’activité.

L’ARCE ou l’Aide à la reprise ou à la création d’une entreprise

L’ARCE s’adresse en particulier à toute personne qui cherche de l’emploi et qui est surtout éligible à l’ARE ou l’allocation d’Aide au Retour d’Emploi. De ce fait, 45 % de leurs droits à l’ARE prennent ainsi la forme d’un capital qui sera encore déduit de 3 %. Cela est en effet d’une grande aide pour tous les auto-entrepreneurs. Le premier versement se fait à la date où votre activité débute et que vous avez bien rempli les conditions nécessaires. En tant que futur bénéficiaire de l’ARCE, votre nom ne s’affiche plus sur la liste des demandeurs d’emploi. Le deuxième versement prend lieu six mois après que vous ayez fini de créer votre micro-entreprise. En principe, voici les trois profils qui peuvent profiter de l’ARCE :

  • toutes les personnes qui sont licenciées et qui tentent de créer ou de reprendre une entreprise durant ses congés de reclassement ou sa période de préavis ;
  • un demandeur d’emploi qui bénéficie de l’are en ayant également un projet de création ou de reprise d’entreprise ;
  • un demandeur qui n’a pas perçu l’are tout en débutant son activité, mais qui en reste bénéficiaire.

Le NACRE ou le Nouvel Accompagnement à la Création ou la Reprise d’Entreprise

Ce nouvel accompagnement à la création ou à la reprise d’entreprise permet aussi bien aux créateurs qu’aux repreneurs de micro-entreprise d’être mieux accompagnés. Durant trois années successives, un organisme conventionné assure cette assistance afin qu’ils puissent structurer leur activité tout en anticipant toutes les difficultés. Grâce au NACRE, il est tout à fait possible de profiter d’une souscription prêt à taux zéro allant de 1 000 € à 8 000 €, sur cinq ans au maximum. Couplé à un prêt complémentaire avec un montant et une durée égaux ou un peu plus élevé que le prêt à taux zéro, l’auto-entrepreneur pourra bien démarrer son entreprise sans rencontrer le moindre problème.

Cet accompagnement se déroule généralement en trois étapes bien distinctes. La première se porte sur le montage du projet. Cela permet d’abord d’évaluer la faisabilité de la mise en œuvre ainsi que tous les risques. La deuxième étape consiste selon le projet, à structurer le financement prévu pour 4 à 6 mois. Dans cette démarche, vous pouvez vérifier la pertinence de votre projet sur le plan économique tout en établissant un business plan solide.

CAPE ou le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise

Voulez-vous bénéficier d’une aide à la fois matérielle et financière, le CAPE est tout ce qu’il vous faut. En tant que contrat d’Appui au Projet d’Entreprise, vous disposez entre vos mains les moyens nécessaires pour monter, financer et développer ensuite votre propre entreprise. Il s’agit d’un contrat établi à l’écrit et qui dure 12 mois au maximum, renouvelable deux fois. L’un des plus grands avantages de cette aide pour auto-entrepreneur, c’est que ce dernier continue alors de percevoir ses allocations en créant et en développant son entreprise.

L’auto-entrepreneur aura bien le temps et l’opportunité de devenir une entreprise autonome qui possède son propre statut, ses obligations fiscales et juridiques ainsi que son Siret. Ce contrat d’appui au projet d’entreprise est réservé à toute personne portant un projet de création ou de reprise d’entreprise, les demandeurs d’emploi, tous les bénéficiaires de l’ASS, de l’API ou du RSA, les étudiants, les retraités et aussi les salariés qui travaillent à temps partiel. Seuls les salariés travaillant à plein temps ne peuvent pas en être bénéficiaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top