Emailing : 7 erreurs classiques à éviter

Emailing-erreurs-eviter-titre.jpg

Vous envoyez ou avez l’intention d’envoyer des emails marketing pour votre business ?

Alors vous devez absolument connaitre ces 7 erreurs bien trop communes qui risquent de vous faire perdre de l’argent, du temps et des inscrits. Pour que votre newsletter devienne un outil de conversion efficace, évitez de les reproduire !

1. Ne pas segmenter sa base de données

Pendant longtemps, les stratégies marketing se sont établies sur une idée simple : plus on touche de monde, plus on gagne. Et c’était vrai.

Les consommateurs sont bombardés de messages publicitaires tous les jours et font de moins en moins attention aux messages, surtout s’ils ne se sentent pas concernés.

Depuis quelques années, on se tourne vers des stratégies one-to-one, beaucoup plus personnalisées. Et cela passe par une segmentation des bases de données.

En emailing, pensez à trier vos contacts, en regroupant un maximum d’informations sur eux, afin de cibler vos campagnes de manière précise.

L’idée est de toujours envoyer des campagnes qui correspondent aux attentes et aux profils de vos destinataires.

Si vous ne le faites pas, vous risquez d’être déclaré comme spammeur, de recevoir des plaintes et de détériorer votre délivrabilité, sans parler de votre image de marque…

2. Ne pas gérer les désabonnements

C’est probablement l’une des erreurs majeures en emailing et la plus préjudiciable pour l’expéditeur.

D’un point de vue légal, vous êtes obligés de placer un lien dans votre email permettant à vos destinataires de se désinscrire de votre base.

Mais le plus important encore, c’est de prendre en compte ces désinscriptions. Il existe encore aujourd’hui des annonceurs ne permettant pas le désabonnement de leurs contacts.

Ce genre de pratique peut avoir de nombreux effets, très néfastes pour votre business :

  • Une image de marque ternie par le bouche à oreille, le « bad buzz » sur les réseaux sociaux et les discussions sur les forums
  • Une dégradation de votre réputation d’expéditeur : en effet, si vos destinataires vous déclarent en tant que spammeur ou se plaigne de vos agissements auprès de leur fournisseur de messagerie, votre délivrabilité en sera impactée.
    Cela signifie que vos futures campagnes arriveront de plus en plus souvent dans la boîte « courrier indésirable » de vos contacts.
  • Une perte d’argent importante : vos campagnes emailing vont perdre en rentabilité. Vous paierez des frais d’envois pour rien, perdrez en trafic sur votre site et finirez par détériorer votre notoriété sur le web .

3. Utiliser Outlook, Gmail…

Certains se reconnaîtront peut-être ici. Nous avons souvent vu des petites entreprises avec des bases de données assez réduites envoyer leurs campagnes emailing à la main par paquets de 100, via Outlook ou autre service de messagerie.

Cette pratique est à bannir. Il existe aujourd’hui de nombreux logiciels emailing parfaitement adaptées aux PME/TPE comme Sarbacane pour leur permettre d’envoyer de vraies campagnes professionnelles.

Un service comme Outlook n’est pas capable de router correctement des emails en masse. Il ne gère ni les NPAI, ni les désabonnements, ne permet pas de créer des newsletters esthétiques et responsive… Et surtout, vous ne pouvez pas obtenir de retours statistiques post-campagne.

Donc en plus de perdre du temps, vous n’aurez aucun suivi sur vos envois.

4. Envoyer trop d’emails ou trop peu

Faire de l’emailing, ce n’est pas simplement envoyer un tas d’emails par semaine histoire de faire un maximum de chiffre. Et inversement, ce n’est pas envoyer juste quelques emails par an quand on y pense.

C’est une stratégie sérieuse à mettre en place et le rythme d’envoi de vos emails ne doit pas être choisi au hasard.

Si vous envoyez trop d’emails, vous risquez de lasser vos contacts. Et au contraire, envoyez 2 emails par an, et vous serez vite oublié !

Il s’agit de trouver le rythme d’envoi qui correspond à votre marché et aux attentes de vos destinataires.

5. Faire des emails non « responsive design »

Un email dit « responsive design », c’est un email qui s’adaptera automatiquement pour la lecture sur un appareil mobile. En France, environ 20 à 30% des emails sont désormais lus sur smartphone.

Ne pas faire du responsive, c’est délaisser une grande partie de vos destinataires et donc de potentiels clients.

Munissez-vous alors d’une solution emailing capable d’adapter vos emails automatiquement pour supports sur mobile, comme Sarbacane. La création de campagne via d’éditeur d’emails intégré au logiciel permet automatiquement de faire du responsive design.

De plus, les 250 templates emailing gratuits proposés dans le logiciel Sarbacane sont parfaitement responsive.

250 templates emailing gratuits

6. Ne pas utiliser le pré header

L’élément le plus souvent oublié en email marketing est le pré-header. Il s’agit de la ligne de texte se situant juste sous l’objet dans l’aperçu en boîte de réception.

Dans une grande majorité des cas, il est utilisé pour la fameuse mention « Afficher cet email dans mon navigateur » (la copie-web), car il reprend la toute première phrase du contenu de l’email.

Pourtant, c’est un élément très utile pour déclencher des ouvertures.

Utilisez-le en complément de votre objet afin d’inciter d’avantage vos destinataires à ouvrir ! Pour cela, il vous suffit de rédiger une phrase dans votre email à placer juste avant la copie-web.

Exemple d’affichage du pré-header sur Gmail :

pre-header Adobe

Un pré-header bien exploité par Adobe.

mauvais pre-header

Stratégie n’utilise pas les possibilités du pré-header, dommage. 

Attention, le pré-header ne s’affiche pas sur toutes les boîtes de réception, mais de manière générale, il s’affichera presque toujours sur mobile.

N’oubliez pas de placer les mots les plus impactant au début du pré-header, car le nombre de caractères affichés varie énormément en fonction du support !

7. Oublier de tester son email

On ne le redira jamais assez, tester son email n’est pas une option ! Et on ne parle pas simplement de se l’envoyer et vérifier les fautes d’orthographe.

Vous devez tester la compatibilité de votre email sur différentes boîtes de réception pour être sûr que :

  • L’email ne passe pas en spam
  • Les images s’affichent correctement
  • Les polices soient compatibles
  • L’ensemble de l’email soit équilibré

En effet, toutes les boîtes de réception ont des caractéristiques qui leur sont propres et elles n’afficheront pas les emails de la même manière, surtout lorsqu’un effort graphique a été réalisé.

Avec Sarbacane, vous pouvez pré-visualiser gratuitement votre email dans la plupart des boîtes de messageries pour vérifier leur compatibilité.

prévisualiser image email

Prenez le temps également de vérifier vos liens et assurez-vous qu’ils redirigent bien au bon endroit !

Même si cela peut paraître évident pour certain, ces 7 erreurs typiques sont encore trop vues aujourd’hui dans le monde de l’email marketing et tâchent son image.

Ce sont des mauvaises pratiques comme celles-ci qui tendent à créer la confusion entre du spam et des emails marketing classiques.

A vous de faire la différence !

[Total : 1   Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top