Les 3 étapes clefs à respecter pour garantir le succès de votre stratégie UX

Stratégie-UX.png

Le nombre d’applications qui sont publiées sur l’App Store ou le Google Store augmente un peu plus chaque jour, mais peu ont finalement le succès escompté ! Les premières secondes d’utilisation sont décisives et reposent essentiellement sur l’expérience utilisateur, autrement dit la manière dont l’utilisateur va appréhender l’application ou le site internet : 88% d’entre eux ne sont pas enclins à revenir sur un site après une mauvaise expérience utilisateur. Celle-ci se doit d’être optimale et fluide de manière à faciliter toutes les interactions et à ne pas décourager l’usager.  La première utilisation est cruciale et elle va déterminer la suite de la relation avec le consommateur.

Mais l’expérience utilisateur va bien plus loin que cela, chaque petit détail peut être décisif. En effet, dans le cas d’Amazon, le redesign d’un seul et unique bouton a engendré un revenu additionnel de plus de 300 millions de dollars en une seule année !

Fort de son expérience dans l’optimisation mobile, Tapptic va détailler pour vous les trois étapes clefs du développement d’une stratégie UX.

1. L’analyse : une étape cruciale pour garantir le succès du projet

Avant même de se lancer dans le design de son application, il est essentiel d’avoir mené une analyse approfondie de la situation concurrentielle, de manière à identifier les points forts et les points faibles des applications de la concurrence pour se différencier et être le plus performant possible.

Le but d’une application est avant tout de satisfaire les besoins du client ou de l’utilisateur. Pour se faire, la création de persona est utile pour identifier clairement à qui s’adresse l’interface et ainsi s’approcher au plus près de leurs attentes en analysant leurs comportements sur une interface semblable.

De manière à être en accord avec les tendances du moment, il faut également être au fait des tendances données par les “Operating Systems” tels que Google Chrome OS, Linux ou encore OS X qui fournissent généralement des indicateurs assez fiables des attentes des utilisateurs.

2. Des hypothèses incessantes pour trouver LA bonne solution

Le meilleur moyen de s’assurer d’être sur la bonne voie est de tester inlassablement les différentes solutions (A/B testing) pour comparer les comportements utilisateurs et voir quels sont les plus aboutis. Dans certains cas, comme pour Instagram par exemple, des phases de tests ont été réalisées sur un échantillon de consommateurs qui correspondaient parfaitement aux persona préalablement identifiés de manière à garantir le succès de l’initiative.

Il existe de nombreux outils qui permettent d’optimiser l’UX, comme notamment le “heat mapping” pour voir où les utilisateurs ont tendances à cliquer et donc observer leur cheminement dans la façon d’appréhender dans l’interface.

3. La phase critique de “l’onboarding”

Autrement dit la première interaction que va avoir l’utilisateur avec l’interface. C’est un moment qui va déterminer si le consommateur va choisir de conserver l’application ou de simplement la supprimer. 25% des applications ne sont utilisées qu’une seule fois, il est donc essentiel d’optimiser ce processus pour éviter de perdre l’utilisateur en chemin.

Pour cela, l’utilisateur doit savoir intuitivement où aller et que faire pour atteindre son objectif final. Le nombre de clics doit être très limité, les formulaires d’inscription écourtés et les processus ultra facilités, comme c’est le cas pour Snapchat ou encore Uber. D’autre part, l’application ne doit pas se contenter d’un seul canal, il s’agit d’offrir une expérience « seamless », autrement dit en continu quel que soit les appareils utilisée. Celui-ci doit être en mesure de débuter l’interaction sur son décodeur, de poursuivre sur sa tablette et de la clôturer depuis son smartphone.

Afin de rester cohérent avec les attentes du consommateur, l’enjeu du renouvellement constant est également à ne pas négliger. De nouvelles tendances en matière d’UX sont à surveiller attentivement et des adaptations de l’interface peuvent également être à envisager. Avec l’essor des bots et autres assistants personnels, l’expérience utilisateur va donc également considérablement se diversifier, notamment avec le « conversationnel mapping ». Il s’agit donc de voir dans les mois à venir quelle sera l’engouement suscité par ces nouveaux appareils et quelles en seront les conséquences pour les applications.

Top